la personne et son demeurant

Comment pouvons-nous établir de tel certitude sur sa personne dans sa vie et dans sa mort. C’est alors qu’une chose primale se pose de tout a chacun quand cette question obsédante et profonde se pose sur sa propre tête et encense les esprits. Il ne faut en aucun cas se fourvoyez. Serait t-il possible de vivre ainsi sans en connaitre sa propre substance et établir des paradigmes sur sa non-conception ? Que pouvons-nous voir dans un tel enchevêtrement de volonté ? Une chose est sur lorsque l’on nait et pousse son premier cri nous nous livrons à un monde aérien. Aériens ou tout semble futilité et obscénité… Mais alors ou se trouve l’individu perdu dans des préceptes qu’il établira sur la chance ou l’opportunité ? La question puissante de tout cela se trouve dans le non-être. Ne pas être ou ne pas vouloir savoir est une façon en quelque sorte de se réconcilier avec sa personne et définir un mouvement bien plus haut que ne veulent porter sa propre substance. L’anti social, l’anti conformiste de tout a chacun créer alors des monstres d’égo et de principes établi par d’autres. Mais alors que ce pourrait-il être possible dans l’étendu quand arrive un homme qui défini et trahi l’armure de non-conception ??? Une révolution, un dogme a lui seul peu alors détruire et reconstruire une vie et un patrimoine. Au demeurant tout cela n’est que perte et vacuité et la définition d’un être ne peu se réduire à produire ou consommer. C’est alors qu’une chose merveilleuse se produit. L’épanouissement.

Épanchement et maux se mêle pêle-mêle dans un carcan espacé et perdu. La lumière s’y perd et se projettera alors sur un édifice en construction

LuMi

Le pouvoir de l’espace

Après une petite pause je me permet de poster à nouveau mes pensées. Écrit toujours aussi machinalement sans préparation mais cette fois sur mon mobile. Du a cette limitation matériel mes pensées ne seront pas très bien retranscrit et plutôt court.. Jouons nous de cela ! Je me chargerais de corriger tout cela le temps venu et pourvu…

L’espace n’est que vacuité dans un océan plein d’étoile et de planète. Le contenant est ici fort et probant quil synthétise à lui seul le carquant de sa vision. A peine posons nous les yeux nous nous subjugeons face à l’envergure et à la mesure d’un tel edifice. Cette edifice noir a l’image du vantablack est chose pur et profonde dans sa distinction et fonction.

Le fait de délimité avec un mot si puissant pousse bien souvent un engouffrement d’une porte bien plus pleureuse que l’on laisse le croire.

Qu’est ce qu’un astronaut projeté à fond dans la voie lactée et porté au firmament. Sa combinaison blanche et laiteuse se détaché alors purement et simplement de l’enfer noir à quoi il est confronte. La limite physique de ses yeux trahisse l’horizon pure et intense. Cette limitation physiologique de l’homme est chose complète et entière dans sa profondeur.

Touche par une vague émotion de néant l’être se perd et tente de s’affranchir d’une bienveillance qu’il avait autrefois. Cette être est touche au cœur même. une fois retourné sur terre que pourra t il rapporté ou convenir.
Ses paradigmes se transpire et s’effrondrerons ou verra t-il une nouvelle apogée dans sa limitation primale. Tout ici est fort et probablement évident pour le commum comme l’incommun. Toujours portée au plus loin sa vision ce dernier ne verra qu’un grain de sable l’ensemble de ses soucis passe comme présent ni futur. De tel vision permettent de relativiser un cadre au paravent vif et claire d’une personnalité.

De dit être pourra alors définir avec précision sa définition de l’espace… Alors road trip sur mars?!

Le besoin de subvenir

L’attrait important de se soutenir et tenir ses besoins portent ici une porte bien plus grand que la bouche peu s’ouvrir à l’homme. Le besoin est chose commune de tout individu et produit nombreux de maux et plaisir. Encore faut il voir si ce besoin est chose valeureuse ou pertnitieuse.

Le heurt entre deux personnes ou d’une assemblée créer nécessairement un ensemble de besoin commum ou séparé. Mais que se passe t il si se besoin se pose loin de toute prérogative et produit chez l’individu nombreux de crevasse. Doit on voir dans l’attrait humain un ensemble peu propice à l’esquisse d’une volonté profonde et commune ? Comment s’oriente la volonté commun une face à la volonté de tout à chacun. Si tout es possible pour l’être humain doit il etre pour autant potent et effectuer cela ou rester à l’état latent qui demanderais au tout à chacun une retenu.

La retenu magistral que peu peuvent S’offrir à vue et à sang. Si tout n’est que vacuité dans l’esprit d’un être sur lui arrive t il ? L’éclair divin de Zeus peux ainsi le frappé et créer un nouvelle être dether ou de cendre. De la se lie l’ensemble des volonté. La suppression et récréation de tout un être. La transition est chose propice à un modelage. Ce modelage ultime façonne de façon pure et sincère tout une vision et tout un prisme.

Si dédit prisme ce situe dans un fosse enterrer au plus profond d’une terre recule. Ce prisme une fois mis à jour montrera une facette longue et perdu mainte et mainte fois. Le crystal qu’il a accumulé au fil de son long repos entrenera une corrosion de sa surface et produira la création d’une nouvelle formation tel un objet qu’on a à nouveau jeté un œil et polis à face de façon métrique et profonde.