Après une petite pause je me permet de poster à nouveau mes pensées. Écrit toujours aussi machinalement sans préparation mais cette fois sur mon mobile. Du a cette limitation matériel mes pensées ne seront pas très bien retranscrit et plutôt court.. Jouons nous de cela ! Je me chargerais de corriger tout cela le temps venu et pourvu…

L’espace n’est que vacuité dans un océan plein d’étoile et de planète. Le contenant est ici fort et probant quil synthétise à lui seul le carquant de sa vision. A peine posons nous les yeux nous nous subjugeons face à l’envergure et à la mesure d’un tel edifice. Cette edifice noir a l’image du vantablack est chose pur et profonde dans sa distinction et fonction.

Le fait de délimité avec un mot si puissant pousse bien souvent un engouffrement d’une porte bien plus pleureuse que l’on laisse le croire.

Qu’est ce qu’un astronaut projeté à fond dans la voie lactée et porté au firmament. Sa combinaison blanche et laiteuse se détaché alors purement et simplement de l’enfer noir à quoi il est confronte. La limite physique de ses yeux trahisse l’horizon pure et intense. Cette limitation physiologique de l’homme est chose complète et entière dans sa profondeur.

Touche par une vague émotion de néant l’être se perd et tente de s’affranchir d’une bienveillance qu’il avait autrefois. Cette être est touche au cœur même. une fois retourné sur terre que pourra t il rapporté ou convenir.
Ses paradigmes se transpire et s’effrondrerons ou verra t-il une nouvelle apogée dans sa limitation primale. Tout ici est fort et probablement évident pour le commum comme l’incommun. Toujours portée au plus loin sa vision ce dernier ne verra qu’un grain de sable l’ensemble de ses soucis passe comme présent ni futur. De tel vision permettent de relativiser un cadre au paravent vif et claire d’une personnalité.

De dit être pourra alors définir avec précision sa définition de l’espace… Alors road trip sur mars?!

Recommended Posts