Insomnie…

Le cœur se façonne et s’arrête là où commence l’amour-propre et l’ego des autres.

LuMi

Le bien s’entretient au même titre qu’un lever de soleil. La ou le soleil se met à briller la droiture se doit d’être non pas parfaite mais bien entière et complète

LuMi

La volonté de paraître s’efface et s’entremêle à lego. L’apparence d’une vertu ne peut porter des habits d’apparat. Le censeur se doit de rester magnanime dans sa fonction et son action

LuMi

La définition même d’un besoin se pose la ou la demande de l’autre s’arrête. La connivence d’intérêt produit des effets tant pervers qu’aboutissant

LuMi

Construire et nourrir de sa propre substance est chose difficile et profonde. La régurgitation de sa pensée entre tienne son propre dogme et nourri lego.

LuMi

L’apparente liberté créée de manifeste personne sans profondes interactions. La nuance entre se sentir libre et la réalité produit des comiques de situation ubuesque

LuMi

L’attrait du moi se projette chez l’autre et porte en cela un maux qui traverse les âges et les saisons.

LuMi

Mourir pour une grande cause constitue un paradigme puissant. Charge à l’être de distinguer l’importance de son sacrifice

LuMi

Volonté et ambiguïté s’entrechoque et créer nécessairement des monstres et des arriérés

LuMi

Fondation et superstructure créer une harmonie qui s’installe dans le relief et la pratique

LuMi

Volonté et satiété ne pourront jamais se complété, étant pèle mêle eau et huile

LuMi

Construire c’est se mouvoir et ouvrir une porte que peu peuvent s’enorgueillir de poursuivre.

LuMi

Avoir et pouvoir constitue un semblant de réussite mais l’entièreté de la chose est bien aussi latente qu’un lance-pierre fait de bois et d’os.

LuMi

Pensée et action semble sous manière procédural construire un ensemble.. Mais seul l’instantané produit la véritable substance

LuMi

Sur ceux bonne nuit, si seulement j’arrive à entendre morphée… Il me racontera ses laconiques méandres de rêverie.

Il y est au Trianon mais pas avec moi apparament…

Ps: il s’agit de ma prose en 10 minutes maximum sans plagiat ni copie du pur moi sous insomnie..

La situation et les faits (mis à jour bis bis*)

Au-delà de faire une projection sur mon ancien billet sur le bien, Il faut bien porter attention à la scène posé. Tel au cinéma, le 60 mm créer nécessairement des avantages et des inconvénients. Les 30 images par seconde peuvent-elles capturer au mieux le battement délicat et en finesse d’un papillon ?

Cet effet papillon est gravé à jamais dans le cinéma, nombre de références et interprétation et surtout itération ont façonné l’être tel qu’il est… Voici mon passage favori d’un film, sans être le meilleur, il porte des valeurs intrinsèques qui lui donnent un certain respect dans les symboles apportés..

Maximus Escape… «cost of Arrow and Bone» LuMi

Ainsi Proximo qui a passé d’une vie d’ancien gladiateur à celle de l’autre coté de la barrière va dans cette scène passée le flambeau. En offrant une chance d’évasion a Maximus il va par échange non équivalent payer le prix de sa vie. Mais pourquoi n’a t il pas fui ? Il aurait pu mais pourquoi rester perché tout en haut d’une “tour” avec pour seul accès un escalier ? LA GRANDEUR de ce symbole se trouve qu’il était au courant des risques qui en courrait. IL avait déjà mûrement réfléchi son acte. Regarder le symbole de sa liberté, c’est un peu marquer le coup. Il offre la liberté à Maximus sur le prix de sa vie sans détour ni fuite.

La se trouve la grandiosité de cette action, il porte et assume l’entièrement responsabilité de son action. Et au-delà de son action il transcrit quelque chose de plus profond. Il semble presque au courant du bourreau de CÉSAR. En affichant sa révolte il poursuit son successeur parricide.

Dans ce court instant une idée est née et se poli. Dans l’amertume, se créer un ressenti qui à son tour produit des effets délétère et protubérant. L’acte s’établi au moment ou on assume l’entièreté de son action. Les faits sont alors la preuve vivante de cette litanie. Ainsi une image et une grandeur d’âme portent la personne au-delà de son moi physique. Il faut pouvoir comprendre pour apprendre. Apprendre pour intégrer. intégré pour transmettre. Voila pour moi l’exemple même de telle chose. Il y a certainement tellement mieux dans des grands réalisateurs de l’ancien temps. Mais Ridley Scott réconcilie les anciennes et nouvelles générations. Charge a lui d’entretenir la flamme des débuts… «Ombres et poussière»

J’occulte nécessaire certains symboles qui cours durant c’est 1:23, je vous laisse voir et comprendre toute la portée de cette scène que j’ai coupé. Un indice, le symbole de l’épée de gladiateur de Proximo est fait d’un matériau noble non pas pour la Guerre à l’image du fer et de l’acier prêt à tuer. Si Proximo l’avait voulu il aurait pu amener avec lui au moins 2 à 3 hommes rien qu’avec cette épée en bois… Qu’en est-il de la manière de laquelle il meurt ? Oui voilà des choses “cachés” que peu peuvent entrevoir l’importance et tout le sens…

Tuer Marcus Aurelius, c’est tuer tout un symbole, un honneur, un code de conduite, une façon de vivre, un savoir-faire. Considéré comme l’un des 5 bons empereurs, les “Antonins” par Machiavel il dit à ce propos :

Titus, Nerva, Trajan, Hadrian, Antoninus, and Marcus had no need of praetorian cohorts, or of countless legions to guard them, but were defended by their own good lives, the good-will of their subjects, and the attachment of the senate

Niccolò Machiavelli

Ici Machiavel insiste bien sur la non nécessité pour Marc Aurèle à avoir une grande garde prétorienne (soldat d’élite de l’empereur) ni même d’un détachement de légion pour le protéger. Sa potence et puissance viennent du fait qu’a lui seul il a le respect de chacun de ses concitoyens… c’est-à-dire que chaque concitoyens sont eux même des gardiens de sa personne. Sa préservation est déjà dans la tête des personnes, la graine est plantée. Le grand Marcus Aurelius est ad vitam aeternam “intouchable”. Intouchable pourquoi ?

Il suffit de regarder l’histoire de l’un de ses assassinats manqué à son encontre. Une personne mécontente de lui fomenta un assassinat, il rata de justesse… Qu’a donc fait ce philosophe stoïcien ? Il a pardonné à cet homme ! Oui pardonner à l’homme qui a failli mettre fin a l’ère de d’un des plus grand empereurs romains et même europeens..

Mais alors pourquoi ? Marcus est rempli d’une bonté et d’un symbole. Il n’a pas a faire justice de par son autorité, son “aura” autour de son peuple le fait pour lui. Oui l’engagement de son peuple lui permet de déléguer certaines tâches et transmettre son autorité sans mots ni voix. Que croyez-vous qu’il advint de cet impudent ? Il fut laissé libre par le grand Cæsar Marcus Aurelius Antoninus Augustus mais quelque pas plus tard, il fut radié de toute existence. Oui ses généraux, sa garde prétorienne, ses légions se sont “disposé” de l’assassin. La grandeur d’un Homme se juge à son entourage et Marcus Aurèle à atteint ici un sommet.

De la bouche de Marc Aurèle, empereur et philosophe stoiciens:

Celui qui aime la gloire met son propre bonheur dans les émotions d’un autre. Celui qui aime le plaisir met son bonheur dans ses propres penchants. Mais l’homme intelligent le place dans sa propre conduite.

Marc Aurèle

En sois tout est “ombres et poussières” après un règne seul reste les écrits et action faite jusqu’alors….

Ce qui importe c’est le présent, ce n’est ni le futur, ni le passé qui te sont à charge, mais toujours le présent

Cæsar Marcus Aurelius Antoninus Augustus

PS: pour répondre au-delà de mon initial réponse, Proximo transmet sa liberté de par le symbole de l’épée offert par Marcus Aurèle en personne. ET par incidence IL transmet le voeux de Marcus Aurèle à son digne successeur coupé sous le pied par son parricide de fils. Cet acte de Proximo est tout autant potent que celui de Marcus Aurèle, la grandeur encore une fois de ce dernier porte une moisson féconde…

PS: il s’agit d’un des rares billets où je me permet de le modifer et y apporter des retouches tant le sujet est vaste et important.

Le caractère de fonction

Ce billet sera court !

Doit on tous appartenir a une fratrie pour définir sa fonction ? Mais qui dit fonction dit activité. Et qui dit activité dit mouvement et bien sûr acte social. L’acte social est fort et puissant dans toutes interactions. Au-delà des chimères que sont les valeurs d’argents et d’ego, il faut mettre en lumière l’essence même de toutes interactions. Dans cela il faut pouvoir alors définir sa valeur, sa portée, sa fonction, et son action. Mais alors…. Toute cet emboîtage à l’image de poupée Russe est ainsi patent. Il faut prendre en compte le vécu des personnes et leurs aspirations. D’où l’importance du groupe, groupuscule, famille, clan, communauté, mafia, société…

Ainsi l’essence de tout cela est conditionnée par de nombreux états d’âme, la grandeur d’un homme se produit bien au-delà de sa réflexion et sa pensée.. Je viens au fait que pour une partie c’est sa réputation et surtout surtout l’image qu’il dégage qui le définira alors. Il suffit de regarder les figures célèbres mortes. La grandeur se situe au moment même où une graine est planté a jamais dans la tête d’un individu. Sa germination créera alors une portée fécond qui sera tout à fait exponentiel………

C’est alors que quelque chose se crée, une sorte de feuille de route où tout se place tel dans un jeu d’échec et l’habilité du plus “fort” fera tomber toutes ses cartes au bon moment.. Alors… poker ou pas ?

Le racisme institutionnel

Le racisme est une composante clef de nombreux problèmes sociétaux. Je fais ici essayer de détailler cela a plus fort niveau celui des États unis. Le racisme dans ce pays porte surtout sur la communauté afro-américaine. On peut le voir sur de nombreuse statistique que les Afro-Américains ont de plus forte tendance à se tourner vers le milieu illégal ou a faire des faits répréhensibles par la loi. Mais cela est la conséquence directe d’un cercle vicieux qui produit des effets délétères chez les noirs. Les noirs sont stigmatisés par la culture des blancs et leur appréhension sociale qui est bien souvent que les noirs sont dangereux, et pour exemple deal des substances illicites.

Cela créer ainsi une tendance ou des occasions où ils perdront leurs valeurs sociales initiales. Ainsi les Afro-Américains auront moins de chance de changer de milieux social. Cependant certains réussisse il ne faut pas négliger cela mais il aura de nombreux freins a cela due a la culture Américaine.

À cause de ce “système social” il aura plus de chance de tomber dans les troubles sociaux. Ceci répétant et entretenant le cercle vicieux. L’intelligentsia noire américaine existe mais n’est pas présente dans les médias. Je pense que les noirs qui ont réussi fréquente beaucoup de personne blanche. Il s’adapte alors et son traité d’égal a égal par ces derniers. Dès lors il ne s’attribue plus l’identité black mais bien celui de l’AMERICAN DREAM.

Toute cette manifestation autour du “black live matters” n’est qu’une tendance des médias et de l’opinons des réseaux sociaux. Il ne faut pas oublier que de fait similaire ce sont dérouler en 2015. À partir de la il faut tirer une conclusion : Il s’agit clairement d’une tendance des médias cyclique et protubérante. Au-delà de cela des noirs américains se font toujours tué pour d’obscure raison qu’il y ai le black lives matters ou pas.

Je vais en venir au fait. Au-delà du racisme interne et externe de la majorité policière blanche. Il faut noter le manque de formation de ces derniers. et surtout le climat dangereux de certains quartiers. De la je pense que la peur créée par ce cercle vicieux amène bien au-delà du racisme réel.

La peur est la raison même de toute actions

Lum1

Je parle ici la peur de mourir ou d’être gravement blessé par les policiers. On pourrait se demander mais pourquoi pas des tasers ? Malheureusement le problème inhérent au taser est sa fonction d’action unique. Une fois les crochets tirets il est difficile de rattraper le coup une ratée. Sans parler que les policiers sont bien souvent formé et entretiennent souvent leur doigté sur les stands de tir. À choisir dans la peur entre une arme peu fiable et une arme qui peu instantanément neutralisé la menace. Il n’y a pas à réfléchir.

Au-delà de tout cela j’amène a réfléchir que pour briser ce cercle vicieux il faudrait que l’intelligentsia afro-américaine porte le flambeau de nombreux symbole à titre d’exemple : le vaccin pour le coronavirus. Mais ce ne serait pas suffisant regardé Barack Obama, le premier président noir n’a pas réglé les inégalités. Il faut des actions répétées et continu pour pouvoir un temps soit peu entrevoir une sortie manifeste. Bien au-delà, pour briser ce cercle il faudrait une catastrophe naturelle qui amènerait à détruire toutes ces futilités et recréer le monde tel qu’il est actuellement.

Cela ne restera que factuel et utopique au possible, mais l’utopie est chose précieuse que nombres s’encense et croient pouvoir y arriver. Charge a eux de montré leurs résolutions des choses et agir en conséquence…

PS: J’occulte la minorité hispanique qui est actuellement la nouvelle minorité “esclave” de par leurs utilisation en tant que main d’oeuvre bon marché sur le sol américain.

Le mécontentement

Ce dernier fait souvent face à l’incompréhension qui nourrit et s’abreuve de façon imperturbable de sa substance. Dans le mécontentement il y a un conflit bien souvent né dans de fait établi, né sur du ressenti ou des idées préconçues. Ces préconceptions produisent des effets néfastes. Ainsi à l’image d’un délinquant se trouve au moment de fait grave mais est innocent… Que se passera-t-il ? Bien sûr vous le savez déjà la question coule de source et ce délinquant sera mouillé jusqu’au cou. Victime parfaite de cette cabale il aura beau se défendre mais ses antécédents le poursuivront de façon pleine et entière. Au-delà de ce petit exemple, il faut voir “the big picture”.

Le ressenti, le background socioculturel créer nécessairement des mécanismes de défense et de protection. La préservation de sa personne est une chose pose au-delà de tout précepte sauf pour certains d’ordre religieux..

Le pouvoir de ce mécanisme de défense naturel, l’instinct de préservation façonne les comportements sociétaux de tous. Bien sûr d’autres facteurs peuvent rentrer en jeu comme la barrière de la langue, les considérations économiques et les différences culturelle.

Toutefois le pouvoir du ressenti est une chose importante, l’idée préconçue de chose ou fait façonne sans le savoir les actions de demain. Ainsi ce pouvoir est utilisé par les services de renseignement au moment titre que les potins de star… Les rumeurs sont une arme puissante à l’établissement d’un pouvoir qu’il soit de terreur ou d’influence. C’est une arme nécessaire qui est utilisée depuis la nuit des temps pour détruire des nations et des pouvoirs en place.

Larme secrète de tout pouvoir social est établi et posé de façon primaire dans le cortex reptilien, à charge de tout un chacun d’en utiliser sa patente. Toujours est-il que cela reste une fonction que peu peuvent en voir les tenants et aboutissants tant l’enrobage et le déguisement de celui-ci est fortement présent dans l’ère d’internet et surtout des réseaux sociaux. De nos jours tout se fait et s’établit sur la base de ressenti et émotion vue sur le smartphone. L’élément clef maintenant de toute interaction sociale… La puissance des télécoms les forces à s’armer d nouveau métiers. La responsabilité qui leur incombe est vital. Ils doivent surtout composer avec les grand GAFAM et les États afin de définir le monde de demain…

La France d’avant et de maintenant, le virage politico-intellectuel.

La France pays mi-insulaire, mi-continental est depuis sa naissance et renaissance un pays à part entière au sein de l’union européen. Auparavant grand pays colonial il n’en reste désormais que quelque vestige. C’est vestige reste une trace très marquante dans le paysage international et surtout sur la tranche basse du globe. Grand pays des droits de l’Homme et des lumières il n’en est que ce pays s’est ainsi contredit dans la résolution de ses colonies. Bien sûr cela fut réglé sous l’impulsion d’Homme fort au sein des colonies et de la justesse d’acte du général De GAULLE.

Elle a semble-t-il sauvé les meubles. Toujours est il cela n’est quand même qu’une vague qui balaya tout un siècle de conquête. Que pouvons nous apprendre de cette conquête et surtout sur la France ? Au passage Napoléon ne sais jamais attardé sur les pays non continentaux connexe a la France… Parenthèse ouverte la France fut bien sûr sous l’impulsion de l’époque le grand rival qu’est le Royaume-Uni.. Ces vestiges « antique » coloniaux n’ont pour autant jamais refait surface de façon poignante jusqu’à maintenant.. Bien sûr j’occulte volontairement la forte influence française sur le continent africain..

Voyez le Royaume-Uni de maintenant et sa séparation avec l’union européenne cet ancien rival a décidé sur un coup politique son avenir au niveau européen et international. Malgré cela une Royaume-Uni a su a l’inverse de la France tiré son épingle du jeu. A savoir créer le Commonwealth et ainsi pérennisé de façon pleine et entière sa relation avec ses anciennes colonies. Toujours est-il que ce fracas politique restera dans les livres d’histoire. Passons. Revenons a la France. Non passons vers le plus proche voisin et allié qu’est l’Allemagne. L’Allemagne pays pharmaco-industrielle a axé son économie sur 2 secteurs porteurs de l’époque. L’essoufflement se fait sentir, notamment avec la crise qui redéfini bon nombre de principes établit depuis plusieurs siècles. D’un côté un ancien ennemi devenu allié qui quitte clairement le navire européen et de l’autre une Allemagne également antique rival de l’époque et de la 2e guerre mondiale qui reste encore à table pour le bateau européen. J’occulte ici volontairement la césure, séparer en 2 de l’Allemagne La situation économique actuelle de la France est également dans la tourmente au même titre que l’Allemagne. Le pays agricole dans les terres reculées doit faire face à une écrasante nouvelle donne économique. Paris étant le point d’orgue de micro-état du globe. Clairement le centre névralgique de toute l’intelligentsia européenne mais pas uniquement, américaine, chinoise, russe et sans oublié les pays arabes et Israël…

Que pouvons nous apprendre de cela ? Paris est l’endroit rêve de toute décision politique au niveau mondial. Oui le point d’orgue de nombreux pays. Le contrôle joué par l’Élysée et celui de nombre d’ambassades est chose rare et précieuse.

La France ce doit de par son background politico-économique tiré les bonnes cartes de son jeu. La banque France à un avantage stratégique au niveau géopolitique. D’autant plus que les Grandes puissances de ce monde ont de nouveau sorti les couverts en argent.. USA CHINE RUSSIE sans ordre d’importance. Tous ayant chacun leurs points fort et faible… Cet échiquier politique est quelque chose de précieux et l’avenir de la France se décidera sur les positions qu’elle posera dans ce nouveau casino politique.

« Droiture et entendement. France soit vaillante, poursuivante et inspiratrice… »

LuMi

Back to school…

Après une longue absence, je me permet de relancé ce blog. Cela fait suite surtout à un problème d’hébergement et d’autres problèmes plus mineurs.

Toujours est-il que me revoilà pour vous écrire sur de nouveaux sujets à brûlepourpoint !

Et ce avec une seul et unique contrainte: un billet est effectué en maximum 10 minutes d’écriture. Je vous imprime ma pensée telle qu’elle se construit sur le sujet donné sans aucune préparation ou réflexion au préalable… l’exercice me permet de donner un cadre à une réflexion méthodique sur un court laps de temps.

Ma pensée a bien évolué depuis l’année dernière, prenez cette date charnière le 5 Novembre 2020 comme un grand retour.

Ad vitam aeternam au possible…

Fiesta

It’s a paradise circus
Everyone enjoy
Everyone drink
Everyone dance
Under the influence of the music


We are on the same journey
Living this moment
Grasping the red butterfly
The music guide our path
Under influences we are inside
The little cardbox of the moment


Some falter under the power of the society poison
Some enjoy the moment with friend and family
Some are just here to cast aside everyday life
Among them they are still the same
Human after all


Deep consciousness is another excuse
Springing the leg is the main attraction
Attention seeking is Lurking its way
We are under influences
We are in a schema
We are animal


Under influences we have been tripping
Tripping, gasping, walking
Along the long long night
We stand proud and cast everything aside
We are the late Comer of the night
We are the new spur of the evening


Under influences we are the lead
Of a broken guitar
The sun is coming slowly
A new day
Step aside step aside

Le bien

Qu’est ce que le bien ? J’aurais pu prendre comme sujet le mal, mais par la même occasion j’aurais eu à parler du bien puisque nous opposons toujours ces 2 forces. Ce qui conduit inévitablement au Ying et au Yang. Il s’agit là d’une composante dans les cultures occidentale et orientale qui se rejoignent. Il y a alors ici une volonté de créer une ambivalence. On ne peut faire abstraction des deux. Les opposés s’attirent et se complètent. A l’image du Ying et du yang, si l’ensemble tourne sur une roue libre, à l’observation on peut voir que l’ensemble forme un tout. Ce tout est alors un prisme que l’on observe et regarde de façon détachée et volontaire. De là, nous pouvons voir que tout cela n’est qu’une illusion de point de vue.

Prenez l’exemple de deux personnes qui en viennent aux mains suite à un différend sur le même thème. Ajoutez-y une 3e personne qui se trouve en haut d’un muret, et enfin une 4e personne située derrière le mur. Que pouvons nous en déduire de tout cela ? Ces 2 personnes qui se prennent le bec sont les acteurs du moment. La 3e personne sera l’observateur privilégié de la chose. La 4e ne verra point la situation mais pourra entendre l’altercation si peu qu’elle soit violente. Donc, ce décor posé montre bien là les enjeux. Les 2 premières personnes savent sans conteste ce qui se passe et donc, agissent en fonction de l’interaction de l’une avec l’autre en réponse aux beligerances. L’homme au muret sera presque comme le témoin, le journaliste…retracant et tentant de comprendre la situation qui se présente à lui. Il sera privilégié mais ne pourra qu’en déduire la situation et non son fondement. La personne extérieur au mur ne pourra que créer des chimères dans son esprit et simplement déduire une altercation.

Que pouvons nous en conclure ? Seul les acteurs de la situation sauront réellement ce qui se trame et se produit. Tous les autres acteurs ne sont que des rapporteurs de la chose. Mais attention à ne pas négliger un 5e individu, ce dernier sera quand à lui bien placé tout en haut de l’événement. Il pourra ainsi voir l’ensemble des acteurs présents. Il faut toutefois noter que si cette personne a un tel “pouvoir”, on pourrait en déduire qu’il a un certain contrôle de la situation, voir même être la personne derrière cette belligérance. Donc, la circonstance ainsi créée ici, est du ressort de ce 5e individu qui détient un pouvoir presque divin. Il est le metteur en scène de l’événement, il place ainsi ses pièces sur cette scène.

Revenons-en au bien, concept bien religieux. Toute action de bienveillance sera récompensée par Jésus et Dieu. Tous 2 représentent le même symbole, l’un humain mort pour l’Homme et l’autre immuable, Jésus étant le représentant terrestre de la divine bienveillance. Donc, ce bien est une volonté de faire des actions et actes de parole dans la volonté d’amener de la bonté et du bonheur à son prochain, sans négliger la franchise et l’honnêteté. De là, le mal est son contraire, une médisance de pure méchanceté.
Le bien est un concept fort de droiture. Un vœux de piété et d’engagement. Toutefois, par exemple lors de guerres, les vainqueurs sont immanquablement les grands gagnants de l’histoire. Ils vont poser leur volonté sur l’historique de cette guerre et ainsi endoctriner l’ensemble de leur nation, mais aussi des autres, notamment celles qui sont subjuguées. Ainsi, le bien peut se voir comme le fait d’avoir raison. Un pur mot de victoire à savourer sans aucune condition, cela est bien vrai : il suffit de voir les livres d’histoire pour voir l’orientation de l’éducation, l’endoctrinement….prenez comme exemple, l’histoire de la 2e guerre mondial d’un côté francais et de l’autre, allemand… Eh oui, nous avons bien là 2 divergences evidentes.

Bien evidemment, aujourd’hui celà se situe sur un plan commercial et économique. Les “maîtres” du monde, les grandes entreprises, les grands GAFAM dirigent sans conteste la puissance de l’information, surtout son traitement automatique, ordonnant par l’IA et les technologies connexes à celle-ci. Ainsi, le bien ne peut se définir que chez les plus puissants et les plus influents. Ceci n’est pas à diaboliser mais à constater l’inevitabilité des 3 pouvoirs : l’argent, le sexe, et l’influence. Ces 3 pouvoirs orientent la direction du monde depuis la nuit des temps, ce sont actuellement des concepts élevés au rang de divinité, de religion. Personne ne peut s’en défaire, à moins de devenir eclesiatique ou ermite perdu au fin fond de la montagne de l’Himalaya.

Une certaine poignée de personnes vit comme cela, que ce soit dans ces endroits reculés ou en pleine ville. Cependant, elle ne peut en faire abstraction dans la vie de tous les jours, au point que cela en devienne une nécessité, un élément inaretable. Certes, vivre avec peu et ne dépendre de personne implique beaucoup d’abnégation. Cela est possible, mais des relents de cette accroche à la civilisation des 3 pouvoirs ne peuvent être occultés. Cette personne ne peut faire abstraction de certaines composantes nécessaires à sa survie. Imaginer que l’ ermite tombe malade avec une grande affliction : va t il se soigner avec le peu de moyen qu’il a à sa disposition, ou tentera t il de faire appel à la médecine de la civilisation ? Il peut se laisser mourir, mais cela en vaut il le risque ? Sa conviction est elle assez grande pour refuser cette ” ordeal ” ?

Peut être qu’une religion comme les témoins de Jéhovah peuvent faire interdire l’utilisation de la transfusion sanguine. Dans ce cas, ce pouvoir qui l’influence est d’une grandeur sans pareil. Conviction et affliction vont de paire.. mais à quelle limite pour l’individu ? Le travail sur soi est quelque chose d’essentiel et primordial. Y faire abstraction ou l’occulter totalement amène à de fortes dérives et relents lors de périodes difficiles pour cet individu. La méditation est un bon moyen de voir au delà et de faire un travail sur soi même, mais sans orientation et principe de base : comme toute chose, l’effet n’en sera que partiel. Il faut une forte volonté d’esprit pour pouvoir accéder à une grandeur d’âme et d’esprit.

Mais revenons au sujet principal. Le bien est une fonction que tout Homme se projète tel un mirroir, au point de devenir le centre même de certains individus, en particulier religieux. Le bien est un manteau que l’on porte afin d’avoir une approbation sociale de sa personne, une sorte d’armure pour faire face au mal, une protection. Pour d’autres, cela peut être un leitmotiv qui va les pousser à agir de façon orientée pour ainsi respecter ce voeu de piété. Cela peut bien sûr obscurcir ces objectifs de vie… de là, un conflit pourra se créer et ainsi permettre l’alchimie des oppositions. Du conflit mental qui se pose sur lui…

Dans la vie de tout les jours on se prend à dire ” j’ai fait du bien “. On se conforme à son image du bien. Or, le bien de soi est tout aussi celui de l’autre. Il ne peut y avoir de bien sans y avoir une répercussion quelque part. Qu’elle soit bonne ou néfaste, cela modifie ce prisme Tout cela pour dire que le bien n’est qu’un terme vague et imprécis pour englober des concepts et un point de vue justifié. Le bien est positif et le mal négatif, à l’image d’une pile avec les 2 pôles plus et moins. Nous sommes ici encore devant l’opposition des choses. L’opposition est le cœur même de tout événement. Il faut des opposants pour jouer un match de foot, de la concurrence pour créer des ressors d’imagination dans le cas d’un commerce, de la piété dans le cas d’une relation entre 2 individus… L’homme et la femme ne sont que des opposés qui s’attirent et se complètent. L’opposition de façon de pensée et d’agir créée le débat, et pourrait on dire, le bien et le mal, la bienveillance et l’antipathie.

Le concept de bien et de mal n’est qu’un connecteur à tout lien social, une unité de mesure commune dans laquelle tout se juge et se perd. C’est une couche sociale qui donne une base d’évaluation et de principe à soi même et aux autres.
Bien et mal ne sont que les même pièces d’un échiquier, blanc ou noir, noir ou blanc. Cela n’est qu’une même pièce que l’on pose et repose d’un côté puis de l’autre. Mais que se passerait il si la pièce au lancer se pose sur la tranche ?

Je vous laisse méditer là dessus…

Tripping on

I’ve been tripping on the edge of a mountain foot
Lurking my eye away
Thruw the shadow I’ve seen oblivion
Anew I stepped aside
Along the line I sat down
When I realized
I was already out of place

High on the height
Low on the edge
Mind blowed and mesmerized
I cast aside my hope and fear
Anew I pave a way
My way of life among the otherself
Standing proud
Walking inside the mist of the unknow
I walk in a methodical manner
The earth beneath keep a stake of each of my footing
I then break among the entire chain of my life
Cast aside
Cast aside

Mesmerized, I open a door under an arch
I try not to falter along the deep carving of the wall
Conscious of the privilege pledge
The long and deep voice of the air send me a message
Keep going keep going
This long journey end at the edge of the mountain foot
Take aside all that
All the burden you suffer
All the chain you are attached to
Feel the gust voice of the wind
Seep your ear inside this melody
Deep deep melody

Take a journey
The main quest is the journey
Ain’t not the goal
Stay confident
Bright despair and hopeless hope await
Keep going keep going

Living is tripping
Tripping is dancing
Among the world
Stay confident
And yell your way of life
Along the way
Along the way